IFRS 9 : comment SAS® aide les banques à se conformer aux nouvelles normes comptables ?

L’évolution des normes financières et de la conformité réglementaire crée un besoin urgent pour les banques de supprimer les barrières entre les départements dédiés aux finances et aux risques. SAS® Expected Credit Loss est une nouvelle solution qui les aide à y parvenir.

Pour gérer les volumes massifs de données nécessaires pour alimenter des modèles de plus en plus complexes, les fonctions de l’entreprise qui, historiquement, analysaient et créaient leur reporting sur la base de leurs propres silos de données, doivent aujourd’hui collaborer. Travailler dans un environnement de travail SAS unique, transparent, contrôlé et dédié à la modélisation et au reporting permet aux banques de déployer des processus communs à plusieurs départements. Non seulement, ceux-ci leur permettent de répondre aux attentes des auditeurs et régulateurs, mais ils réduisent de plus le coût de la conformité en minimisant les erreurs et doublons.

Différentes normes comptables, un objectif commun

L’IASB (International Accounting Standards Board) et le FASB (Financial Accounting Standards Board) ont certes adopté des approches comptables différentes pour la prise en compte des pertes de crédit attendues, mais ils ne souhaitent pas voir se réitérer la crise financière globale de 2008. En conséquence, ils ont publié leurs normes respectives : IFRS 9 (International Financial Reporting Standard 9) et sa variante américaine : CECL (Current Expected Credit Loss).

Le point commun entre ces deux normes réside dans l’accroissement de la complexité et de la granularité. Que le reporting repose sur IFRS9 ou CECL, les données et la modélisation requises pour évaluer les futures dépréciations de crédit et les amortissements exceptionnels doivent être plus détaillées et spécifiques aux actifs. En outre, les fonctionnalités de la plate-forme SAS peuvent être utilisées pour d’autres usages, par exemple les stress-tests.

« Le principal défi lié à IFRS et CECL sera de garantir qu’une solide structure de gouvernance pour le stockage et la modification des modèles soit mise en œuvre dans l’ensemble des départements » déclare Peyman Mestchian, Managing Partner chez Chartis Research. « SAS dispose de l’expérience nécessaire pour intégrer la gestion des données, les risques et la méthodologie financière afin de répondre aux contraintes réglementaires. SAS Expected Credit Loss offre un environnement structuré pour gérer la totalité du processus d’évaluation de la dépréciation, ce qui devrait aider les utilisateurs à interagir plus aisément avec différents types de modèles analytiques et gérer l’analyse dans un environnement contrôlé. »

La conformité avec IFRS 9 et CECL n’est pas une mince affaire. Les nouvelles normes vont probablement contribuer à augmenter de manière significative le besoin pour les banques de disposer de réserves afin de couvrir les pertes globales, ce qui affectera leur rentabilité et leur capital. Les banques doivent en conséquence prendre en charge ces nouvelles réglementations pour éviter des sanctions, des amendes ou pire, la faillite.

SAS : l’outil de choix pour IFRS 9

Des leaders du secteur financier répondent à de multiples besoins à l’aide de SAS Expected Credit Loss, qui combine le support des normes comptables avec la conformité aux stress-tests. Bancolombia, Bank of Montreal, Coventry Building Society, Standard Chartered et Swedbank, par exemple, ont choisi de mettre en œuvre la solution pour gérer les contraintes d’IFRS 9 liées aux dépréciations d’actifs.

« La décision de retenir SAS pour garantir une prise en charge efficace des contraintes liées à IFRS 9 découle d’un choix naturel » commente Sanjiv Talwar, Head of Risk Capital, Stress Testing and Model Development, à la Banque de Montréal. « Nous avons choisi leur solutions du fait de notre solide relation, qui remonte aux années 1970, et répond aux contraintes d’infrastructure d’une banque de premier plan. Notre environnement SAS tire parti des solides pratiques de la Banque de Montréal en matière de gestion de données, de développement et de mise en œuvre de modèles, et de stress-tests. Il intègre désormais l’exécution, l’analyse et le reporting IFRS 9. »

SAS gère les pertes de crédit attendues

Fondées en grande partie sur des principes, les nouvelles normes comptables sont sujettes à interprétation et réclament une adoption progressive. Les banques et les entreprises ayant choisi les normes comptables IFRS devront affiner leurs méthodes de calcul dans le temps, et auront besoin d’une solution facilitant cette progression. 

SAS Expected Credit Loss est une plate-forme complète et modulaire qui supporte le processus global de calcul et de reporting – depuis la gestion des données, la modélisation et l’évaluation des dépréciations jusqu’à la prévision, la prise en compte dans la comptabilité et le reporting.

Comme avec toute autre norme comptable et de conformité réglementaire, la transparence et la vérifiabilité sont des aspects fondamentaux. SAS Expected Credit Loss peut aider les institutions à mettre en œuvre de solides principes de gouvernance, tout en faisant le lien entre les données et les besoins en reporting nécessaires à la fois aux départements Finance et Risque.

« Les nouvelles normes comptable offrent une bonne opportunité aux banques d’examiner soigneusement leurs silos internes » affirme Martim Rocha, Director for Risk Business Consulting chez SAS. « IFRS 9 peut aider à intégrer plus étroitement le risque et la finance. Un entrepôt de données et un environnement de gestion des modèles communs réduisent les coûts liés à la gestion de multiples plates-formes, tout en renforçant le processus de vérification. »

Pour plus d’informations, téléchargez le livre blanc « Navigating the route to IFRS 9 compliance » et découvrez comment Swedbank collabore avec SAS pour gérer les dépréciations de crédit conformément à IFRS 9. 

A propos de SAS

SAS est le leader de l’analytique. Grâce à ses logiciels innovants pour l’analytique, la business intelligence et le data management ainsi que ses services associés, SAS aide ses clients sur 83 000 sites à prendre rapidement les meilleures décisions.  Depuis 1976, SAS donne à ses clients dans le monde entier The Power to Know®.
La filiale française, créée en 1983, a déployé les solutions SAS sur plus de 3 300 sites.

Rejoignez SAS sur les réseaux sociaux et restez informés :
Twitter@SASFrance
- LinkedIn - Google+ - Facebook

Site web : www.sas.com/france

Contact Presse : 

Back to Top