Références /

SAS FRANCE
Domaine de Grégy
Grégy-sur-Yerres
77257 Brie Comte Robert Cedex
Tel. : +33 (0)1 60 62 11 11
Fax : +33 (0)1 60 62 11 99
www.sas.com/france/success/

Références

Version imprimableVersion imprimablePDF PDF

Références

 

CHU de Nantes : comment mettre en place un réel pilotage médico-économique ?

Depuis trois ans, les hôpitaux apprennent à vivre avec les nouvelles règles de la tarification à l'activité (T2A). Une réforme qui se traduit notamment par l'introduction de l'informatique décisionnelle à l'hôpital. Regard sur l'expérience du CHU de Nantes, l'un des pionniers de l'application des solutions SAS au monde hospitalier. 

Avec la réforme du financement des hôpitaux et la mise en place de la tarification à l'activité (T2A), le centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes se trouve désormais « dans la situation d'un artisan qui perçoit des recettes en fonction de son niveau d'activité et des factures qu'il émet », résume Pierrick Martin, chef de centre informatique du CHU de Nantes. En mettant fin au système de la dotation globale de financement (DGF), allouée chaque année par l'Assurance maladie aux établissements de soins assurant un service public, le gouvernement a supprimé « le filet » que constituait cette enveloppe financière. La DGF pour une année N était calculée à partir de la dotation de l'année précédente modulée du taux de croissance des dépenses hospitalières, déconnectant ainsi les moyens de l'évolution de l'activité. Désormais, « la logique est inversée : ce sont les recettes issues des activités hospitalières qui vont déterminer les dépenses », note Christophe Jouve, consultant avant vente chez SAS France, spécialiste de la branche Hôpitaux. Seules les activités liées à des missions d'intérêt général comme le Samu, la recherche et l'enseignement, ou encore les services d'éducation des patients, comme les personnes diabétiques par exemple, restent sous enveloppe.

Mieux cerner les coûts
« La recherche de l'équilibre entre recettes et dépenses est devenue aujourd'hui un enjeu majeur de la gestion hospitalière, note Pierrick Martin. Dès lors, il nous faut avoir une approche extrêmement fine des activités afin de mieux cerner nos coûts, notamment, et de pouvoir faire les choix de développement d'une activité ou d'achat d'une nouvelle technologie en connaissance de cause. » La mise en place de la T2A a été progressive au CHU de Nantes qui s'est attelé à la tâche dès 2004. « Les axes à travailler étaient multiples, depuis l'amélioration du recueil de l'information jusqu'à la réorganisation de la chaîne de facturation, explique Sophie Bouillot, responsable du Bureau du pilotage décisionnel et du développement du CHU. La comptabilité analytique était peu développée, la base de données constituée avec Business Objects était retravaillée sous Excel. Or la T2A réclame que nous passions à un réel pilotage médico-économique, et nous manquions d'outils pour le faire. »

L'objectif fixé dans un premier temps a été d'obtenir des comptes de résultat par pôle clinique. Le CHU de Nantes regroupe en effet une douzaine de pôles cliniques, organisés par organe (« Institut du thorax », « Tête et cou ») ou par spécificité de population (pôle « Mère- Enfant », par exemple). « Les coûts pour une activité médicale donnée sont constitués de très nombreux composants, souligne Pierrick Martin. À cette difficulté s'ajoutent des coûts transversaux comme, par exemple, la blanchisserie et la restauration. »
La décision de faire appel à SAS pour relever ce défi remonte à 2004. « Nous connaissions déjà SAS France pour avoir travaillé avec eux à partir de 2001 à la mise en place d'un entrepôt de données, rappelle Sophie Bouillot. Nous avons décidé de nous appuyer sur cet entrepôt cohérent pour alimenter SAS® Activity-Based Management, l'outil de SAS dédié à l'analyse des coûts par activité. » Le projet est lancé en 2005, les premiers comptes de résultat seront obtenus en février 2007. « Cela a été un gros travail et un gros investissement en temps, avec beaucoup plus de jours consommés que nous ne l'imaginions au départ, reconnaît Pierrick Martin. Le CHU de Nantes a été pionnier en la matière, c'est l'une des toutes premières fois que le modèle était installé dans le monde hospitalier. Il nous fallait à la fois comprendre l'outil et construire le modèle. »

Introduire des signaux d'alerte
La deuxième demande forte du CHU de Nantes a porté sur l'élaboration du coût par séjour. La tarification à l'activité réclame en effet que le patient soit désormais suivi pas à pas depuis son entrée à l'hôpital jusqu'à sa sortie. Chaque acte médical, tout au long de son parcours, est codé. À partir de ce recueil d'informations, le séjour peut être classé au sein d'un Groupe homogène de malades (GHM) type, identifié par un code alphanumérique combiné à l'intitulé médical. À chaque GHM correspond un tarif défini par l'Assurance maladie à partir duquel l'hôpital peut facturer. « La base nationale de l'Assurance maladie définissant les GHM donne des indications de coût moyen par séjour, explique Pierrick Martin. Il est important pour nous de pouvoir observer les écarts par rapport à cette moyenne. L'outil que nous construisons avec SAS produira des signaux d'alerte nous permettant de réagir le cas échéant. » Là encore, les questions du recueil de l'information et de l'homogénéisation des logiciels sont fondamentales : « L'hôpital est une mosaïque, souligne Pierrick Martin, et la question du pilotage médico-économique n'étant pas jusqu'à présent essentielle, le souci des concepteurs de solutions informatiques intervenant à l'hôpital a été avant tout d'apporter une réponse par métier. Résultat : on a dénombré jusqu'à une trentaine de logiciels majeurs utilisés au sein du CHU et directement impliqués dans la production des coûts par séjour. »
Cette deuxième phase d'analyse des coûts a débuté en 2006. La modélisation, avec l'intervention de SAS France, s'est déroulée à partir de septembre 2007. La mise en place définitive étant prévue pour juin 2009. « L'expérience acquise nous permet aujourd'hui d'avancer plus rapidement. Sur les huit étapes de calcul en coût par séjour que nous avons définies, trois ont d'ores et déjà été validées », se félicite Pierrick Martin.

SAS® Hospital Intelligence Solution (SAS® HIS)

La solution SAS® HIS est une plate-forme intégrée composée de trois modules principaux alimentés par des entrepôts de données (datamarts) fonctionnels :

  • Pilotage et statistiques d'activités permettant d'établir un tableau de bord synthétique de l'activité de l'établissement.
  • Analyse de coûts : par nature, par structure (du pôle d'activité à la plus petite unité fonctionnelle de l'hôpital) ; par séjour et GHM.
  • Élaboration budgétaire permettant de bâtir un état provisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) à partir de la simulation de l'évolution des coûts et des recettes.
  • Dépourvue de « boîte noire », SAS® HIS est une solution évolutive qui offre une large autonomie à la structure cliente, notamment en lui permettant de développer son propre modèle de gestion.

Centre Hospitalier Universitaire de Nantes

  • Le CHU de Nantes regroupe huit hôpitaux à Nantes et dans sa périphérie, disposant de 3 060 lits au total. Il a atteint la sixième place au plan national par la qualité de ses soins au classement annuel du magazine Le Point.
  • En 2007, les quatorze pôles cliniques du CHU, y compris les urgences, ont enregistré près de 150 000 séjours.
  • Plus de 2,5 millions de repas y sont servis chaque année, et plus de 4 000 tonnes de linge traitées.
  • Il emploie plus de 8 200 personnes en non médical, dont 70 % de personnel soignant, aidesoignant et éducatif, et 2 100 personnes en médical.
  • Ses recettes s'élevaient à 587,427 M€ en 2007, dont 482,504 M€ versés par l'Assurance maladie.

Copyright © SAS Institute Inc. All Rights Reserved.

CHU de Nantes

Enjeux:
T2A : comment mettre en place un réel pilotage médico-économique ? 
Solution :
Pour mettre en œuvre les réformes de l’Etat et répondre aux problématiques liées à l'implémentation de la T2A et du suivi de l’activité, le CHU de Nantes utilise SAS® Hospital Intelligence Solution (SAS® HIS).
Bénéfices:
L’outil construit avec SAS produira des signaux d’alerte permettant de réagir le cas échéant