Références
Par Secteurs d'activité
Par Solutions
Par Technologies
Références A-Z
Références mondiales
Magazine Decisio
Magazine SASCOM
Demande d'informations
 

Objectif entreprise durable

Les entreprises – quelles que soient leur activité, localisation, ou taille – ne peuvent plus ignorer la montée en puissance des problématiques liées au développement durable. Mieux, elles doivent en tirer parti. À condition de mettre en oeuvre les moyens humains, financiers et stratégiques nécessaires.

Par Eric Allermoz

Une voiture hybride au garage. Du café équitable dans le placard. Des cartouches d’encre recyclées pour l’imprimante… Le consommateur écologiste n’est plus un cliché idéologique. Pourtant, durant des années les produits « verts » semblaient exclusivement réservés à des marchés de niche. Pire, le recours à des procédés plus respectueux de l’environnement se traduisait par des coûts de production plus élevés. Mais aujourd’hui, la donne est différente. Une majorité de consommateurs, associations, gouvernements et investisseurs appellent les entreprises à adopter des stratégies « durables » et de commerce équitable. En effet, les problématiques liées au changement climatique, à la surconsommation énergétique ou à la dégradation des conditions de travail ont un poids décisif dans l’image que reflète une entreprise sur ses publics. Du côté des investisseurs aussi, la responsabilité sociétale des entreprises a le vent en poupe.

Dans l’édition de mai 2007 du McKinsey Quarterly, Al Gore et David Blood (ancien directeur de Goldman Sachs Asset Management) affirment qu’investir dans des entreprises aux stratégies de développement durable n’est pas une simple décision de bonne conscience pour financiers à l’âme « écolo », mais un véritable choix stratégique générant des résultats supérieurs à la moyenne. Voir le site web
Le Dow Jones s’est, par exemple, doté d’indices de mesure du développement durable pour suivre les performances financières des grandes firmes mondiales investissant dans ce domaine.

Intégrer le développement durable à la stratégie de l’entreprise

Le principe fondamental du développement durable est simple : il génère une plus grande efficacité et de meilleures performances. Mais comment l’entreprise peut-elle l’intégrer dans sa stratégie globale ? D’après les professeurs d’économie de l’Université de Stanford1, il s’agit pour l’essentiel d’identifier les opportunités et les obstacles éventuels, d’évaluer les coûts, les bénéfices et les avantages de telles initiatives. De nombreuses technologies aident les dirigeants et managers à y parvenir. Mais la clé du succès réside avant tout dans le temps, les ressources humaines et les moyens financiers consacrés aux problématiques liées au développement durable.
Quatre étapes apparaissent comme indispensables pour adopter une nouvelle vision écologique au sein de l’entreprise :

  • Mesurer : des protocoles reconnus dans le secteur permettent aux entreprises de mesurer l’impact de leurs activités liées au développement durable. Exemples : installer des compteurs énergétiques intelligents dans les salles informatiques, évaluer l’empreinte carbone de la chaîne logistique…
  • Communiquer : comme pour les performances financières, il est essentiel de publier les performances socio-environnementales de l’entreprise. Une façon d’assurer la transparence vis-à-vis des actionnaires ainsi que la conformité avec la législation en vigueur, tout en donnant une vision claire des stratégies à court, moyen et long termes.
  • Améliorer : de bons indicateurs permettent de prendre les décisions stratégiques adaptées
    et de réaliser des simulations d’amélioration.
  • Prévoir : l’entreprise planifie les ressources nécessaires à l’atteinte de ses objectifs, hiérarchise les stratégies organisationnelles, prévoit de nouveaux investissements dans des produits innovants.

Soutenir le mouvement

La conférence 2007 des Nations Unies, à Bali, sur le changement climatique a lancé des négociations visant à établir de nouveaux objectifs en matière de développement durable pour 2009. Par ailleurs, l’élaboration de nouveaux cadres législatifs dans chaque pays représentera un défi pour les multinationales qui se sont délocalisées pour bénéficier d’avantages compétitifs sur de nouveaux marchés. Dans les années à venir, toutes les entreprises ou presque devront s’efforcer d’aligner les éléments du « triple résultat » : les aspects sociaux (les hommes), environnementaux (la planète) et économiques (le profit).

1. Strategic Management, Saloner, Shepard et Podolny, 2001.
2. Exemples cités avec l’aimable permission de MM. Esty et Winston.

Investir dans des entreprises durables : les Dow Jones Sustainability Indexes

Les marchés financiers savent parfois répondre aux demandes des investisseurs : en 1999, le Dow Jones a créé les Dow Jones Sustainability Indexes (DJSI), afin de suivre les performances des principales multinationales axées sur le développement durable. Ces indices constituent des indicateurs fiables et objectifs permettant aux gestionnaires d’actifs d’administrer ces portefeuilles. La famille des DJSI se compose de sept indices intégrant des entreprises globales, européennes, de la zone euro, d’Amérique du Nord et des États-Unis. Chaque indice se compose d’un ensemble de centaines de sociétés, issues de dizaines de groupements industriels, toutes pionnières du développement durable, telles que 3M, BMW, Electrolux, Intel, Kimberly-Clark, McDonald’s, Ricoh et Siemens.

SAS pour la gestion du développement durable

Les entreprises sont désormais dans l’obligation de s’inscrire dans un équilibre entre performance économique et responsabilité sociale et environnementale. Cette démarche de progrès implique une approche d’intégration et d’analyse de données propres au pilotage et à l’atteinte de ces objectifs.

De cette façon, ces entreprises vont disposer d’un avantage compétitif. La valeur informationnelle ainsi générée doit permettre à une entreprise d’améliorer son efficience et ses résultats financiers, de fidéliser ses clients mais aussi ses collaborateurs et ses fournisseurs et de prendre des décisions stratégiques ou d'investissement.

Cette nouvelle solution SAS permet à l’entreprise de mesurer, gérer et piloter les trois axes du développement durable - environnemental, social et économique - et de déterminer et suivre les politiques mises en œuvre. Plus d'informations

 

en savoir plus...

L’impact écologique sous surveillance
Point de vue d’expert
« Le développement durable, une priorité »
Interview de Clara Gaymard, Présidente de General Electric en France
 
Cet article est paru en octobre 2008 extrait du magazine SASCOM France n°4