Examiner la situation dans son ensemble pour lutter plus efficacement contre les délits financiers

La Banque Laurentienne rassemble des données pour combattre la fraude et le blanchiment d'argent

Les délits financiers coûtent plus d'un milliard de dollars par an aux établissements financiers canadiens. Bien que leurs systèmes analytiques soient souvent capables de détecter et stopper les transactions suspectes sur un canal unique, les activités criminelles sont généralement très sophistiquées et englobent plusieurs canaux, comptes ou identités. Par ailleurs, la multiplicité des points de contact (comptes courants, comptes carte, prêts immobiliers, etc.) et la falsification des informations d'identité (adresses, numéros de téléphone, etc.) n'aident pas à faire le lien entre les personnes impliquées et leurs manœuvres.

Avec plus de 33 millions de dollars d'actifs et 3 800 salariés au Canada, la Banque Laurentienne redéfinit la gestion des activités bancaires suspectes en intégrant trois composants clés de la suite SAS® dédiée à la lutte contre la fraude en entreprise et les délits financiers dans le secteur bancaire, ce qui lui permet d'avoir une vision globale des réseaux frauduleux et des personnes impliquées. Cette banque est la première à utiliser conjointement SAS® Anti-Money Laundering, SAS® Fraud Network Analysis et SAS® Enterprise Case Management pour identifier les fraudes et opérations de blanchiment potentielles avec plus de rapidité et d'efficacité.

Les références croisées vous permettent de détecter un réseau criminel.

Robert Quevillon
Vice-président adjoint de la sécurité pour la Banque Laurentienne

Obtenir une vue complète des activités frauduleuses

Grâce à SAS Fraud Network Analysis et à la technologie d'analyse des liens, l'établissement a pu identifier des relations insoupçonnées entre ses clients, ses comptes et ses entités. Outre la détection et la visualisation de ces relations, cette solution permet de repérer plus facilement l'usage d'identifiants synthétiques - un outil d'analyse souvent utilisé pour vérifier et valider l'identité et la solvabilité d'une personne ayant fait une demande de carte.

« Avec SAS Fraud Network Analysis, nous sommes passés d'une vue limitée à une transaction et un produit à une vue complète du risque de fraude côté client », confie Isabel Rainville, responsable senior de la prévention des fraudes pour la Banque Laurentienne.

Avant de combiner les trois solutions de lutte contre la criminalité, la banque utilisait un système de gestion des dossiers (GDI) développé en interne qui, malgré une certaine efficacité, présentait quelques limites, notamment au niveau de l'association des identités et des dossiers. Par exemple, si une personne possédait plusieurs numéros de téléphone, adresses et autres informations de ce type, il fallait créer manuellement un sujet pour chaque occurrence et dupliquer les informations pour chaque dossier auquel il était associé. Autre inconvénient : les sujets ne pouvaient être associés qu'à un seul dossier. 

Avec SAS Enterprise Case Management, il est possible de regrouper les adresses, numéros de téléphone, orthographes de nom, etc. d'un sujet sous une seule et même identité. Sans compter que cette personne peut jouer des rôles différents – sujet, victime ou témoin – dans divers dossiers ou incidents. « Les références croisées vous permettent de détecter un réseau criminel », déclare Robert Quevillon, vice-président adjoint de la sécurité pour la Banque Laurentienne.

En unifiant les données sous SAS Enterprise Case Management, les analystes peuvent visualiser les relations entre les sujets et les dossiers dans une même fenêtre. La combinaison des trois solutions a toutefois posé quelques problèmes. SAS et la Banque Laurentienne ont travaillé en étroite collaboration pour réunir les composants, tout en créant un modèle pour les autres entreprises du secteur des services financiers.

Un an après le lancement du projet, la banque a réalisé qu'il était plus facile de mesurer le retour sur investissement du côté des fraudes que de gérer les opérations de blanchiment d'argent. Les activités frauduleuses peuvent être détectées en temps réel – contrairement aux activités de blanchiment qui, par nature, ne sont détectables qu'après les faits. « Nous n'agissons pas en temps réel », déclare Celine Demers, responsable des solutions anti-blanchiment à la Banque Laurentienne. Mais grâce à SAS Enterprise Case Management, les analystes ont accès à des rapports sur les transactions suspectes ou inhabituelles – qui peuvent être générés automatiquement ou signalés par le personnel – et peuvent ainsi demander plus rapidement la fermeture d'un compte. Avec l'ancien système, il fallait entre six et huit jours pour prendre ce genre de décisions. L'affaire est désormais réglée en deux heures, ce qui évite à la banque d'être trop exposée.

L'équipe chargée de protéger la Banque Laurentienne des délits financiers a gagné en productivité. La détection des transactions irrégulières étant plus efficace, « les dossiers à traiter vont se multiplier », confie Robert Quevillon. Il va donc falloir augmenter les effectifs en conséquence.

laurentian-bank-logo

Enjeux

Lutter contre la fraude et le blanchiment d'argent.

Solutions

Bénéfices

  • Visualiser et mettre en évidence les liens insoupçonnés entre clients, comptes et entités ; identifier l'usage de fausses identités.
  • Passer d'une vue du risque de fraude par produit ou par transaction à une vue par client.
  • Repérer les réseaux criminels par recoupement de dossiers et d’identités.
  • Détecter les transactions frauduleuses en temps quasi-réel.

Les résultats présentés dans cet article sont spécifiques à des situations, problématiques métiers et données particulières, et aux environnements informatiques décrits. L'expérience de chaque client SAS est unique et dépend de variables commerciales et techniques propres, de ce fait les déclarations ci-dessus doivent être considérées dans un contexte. Les gains, résultats et performances peuvent varier selon les configurations et conditions de chaque client. SAS ne garantit ni ne déclare que chaque client obtiendra des résultats similaires. Les seules garanties relatives aux produits et services de SAS sont celles qui sont expressément stipulées dans les garanties contractuelles figurant dans l’accord écrit conclu avec SAS pour ces produits et services. Aucune information contenue dans le présent document ne peut être interprétée comme constituant une garantie supplémentaire. Les clients ont partagé leurs succès avec SAS dans le cadre d’un accord contractuel ou à la suite de la mise en œuvre réussie du progiciel SAS. Les noms de marques et de produits sont des marques déposées de leurs sociétés respectives.

Back to Top