Le pilotage de la performance, un projet gagnant pour le PMU

Lorsqu'en juin 2010, le marché des jeux en ligne s'est ouvert aux paris sportifs et aux jeux de cercle comme le poker, le PMU a mené une stratégie offensive pour se diversifier. Il s'agissait tout à la fois de conforter la place de leader qui était la sienne dans les paris hippiques et de s'imposer sur les nouvelles activités, notamment sur le poker.
A l'instar de l'énergie ou des télécoms et afin de lutter contre le blanchiment d'argent et de protéger les joueurs, l'ouverture à la concurrence de ce secteur d'activité s'est faite sous le contrôle d'une autorité indépendante de régulation, en l'occurrence l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL). Celle-ci délivre les agréments aux opérateurs de jeux en ligne et s'assure qu'ils respectent leurs obligations. Principale obligation, les opérateurs se doivent de présenter des « comptes séparés », c'est-à-dire de tenir les comptes des activités de jeux en ligne comme s'il s'agissait d'une entreprise distincte.

 

Il nous faut une semaine à peine pour collecter les données, faire tourner le modèle et produire les résultats au trimestre. Nous pouvons répondre très rapidement aux demandes du régulateur, des sociétés de course ou de la direction générale.

Carole Devillierre
Contrôleur de gestion et chef du projet au PMU

Transformer une contrainte en une opportunité

Pour le PMU, cette obligation a été anticipée et a vite été vue comme l'occasion de mener un projet ambitieux répondant à plusieurs objectifs : Le PMU profiterait de la conception du modèle de comptes séparés pour piloter ses activités et respecter les contraintes réglementaires de l'ARJEL.

« Pour mener à bien rapidement ce projet, nous avons opté pour la méthode ABC/M (Activity-Based Costing/Management), méthode de pilotage de la performance par les coûts », explique Carole Devillierre, contrôleur de gestion et chef du projet. L'ABC/M permet de connaître précisément les coûts de chaque activité ainsi que la rentabilité de chaque produit, client, canal, etc. Son principe est simple : une activité consomme des ressources, les prestations consomment des activités. Il s'agit donc d'identifier et de mesurer les ressources (temps passé, mètres carrés…) consommées par une activité ou un processus puis de mesurer la demande d'activités (nombre de connexions, de PC, etc) d'une prestation.

Outre qu'elle est recommandée par de nombreux organismes dont l'ARJEL, la méthode ABC/M est aujourd'hui éprouvée et outillée grâce à des solutions qui simplifient la mise en œuvre de tels projets et contribuent au respect des délais. De plus, ABC/M est particulièrement adaptée à la séparation comptable car elle permet un calcul du compte de résultat par domaine d'activité.

Etre prêt en 6 mois !

Le projet a été initié en novembre 2009 ; la conception générale du modèle a démarré en janvier 2010. L'équipe a retenu SAS® Cost and Profitability Management * et a identifié 11 processus et 27 activités qui se répartissent sur les objets de coûts. Le projet a tenu les délais et l'analyse des premiers comptes séparés a pu être faite en juin 2010, au moment de l'ouverture du marché à la concurrence.

Un bilan très positif

L'équipe de contrôleurs de gestion du PMU s'est appropriée la solution dès qu'elle a été opérationnelle, et ce sans le recours à l'informatique. « Il nous faut une semaine à peine pour collecter les données, faire tourner le modèle et produire les résultats au trimestre. Nous pouvons répondre très rapidement aux demandes du régulateur, des sociétés de course ou de la direction générale », se félicite Carole Devillierre. Objectifs atteints donc !

Le PMU, un acteur atypique

Le PMU est un groupement d'intérêt économique (GIE) sous la double tutelle du ministère de l'Agriculture et du ministère du Budget ; il regroupe 51 sociétés de courses, qui sont autant d'associations à but non lucratif. Son métier consiste à collecter des paris, à traiter le calcul des rapports et à reverser les gains aux parieurs. Voir les chiffres clés

* Anciennement SAS® Activity-Based Management - SAS® ABM

PMU logo

Enjeux

Le PMU devait profiter de la conception du modèle de comptes séparés pour piloter ses activités et respecter les contraintes réglementaires de l'ARJEL.

Solution

L'équipe a retenu SAS® Cost and Profitability Management et a identifié 11 processus et 27 activités qui se répartissent sur les objets de coûts.

Bénéfices

Le projet a atteint ses nombreux objectifs dans les délais impartis et l'analyse des premiers comptes séparés a pu être faite en juin 2010, au moment de l'ouverture du marché à la concurrence.

Les résultats présentés dans cet article sont spécifiques à des situations, problématiques métiers et données particulières, et aux environnements informatiques décrits. L'expérience de chaque client SAS est unique et dépend de variables commerciales et techniques propres, de ce fait les déclarations ci-dessus doivent être considérées dans un contexte. Les gains, résultats et performances peuvent varier selon les configurations et conditions de chaque client. SAS ne garantit ni ne déclare que chaque client obtiendra des résultats similaires. Les seules garanties relatives aux produits et services de SAS sont celles qui sont expressément stipulées dans les garanties contractuelles figurant dans l’accord écrit conclu avec SAS pour ces produits et services. Aucune information contenue dans le présent document ne peut être interprétée comme constituant une garantie supplémentaire. Les clients ont partagé leurs succès avec SAS dans le cadre d’un accord contractuel ou à la suite de la mise en œuvre réussie du progiciel SAS. Les noms de marques et de produits sont des marques déposées de leurs sociétés respectives.

Back to Top