Une solution décisionnelle unique pour plusieurs métiers

Sur le marché très concurrentiel des assurances aux particuliers, la MAIF utilise la suite analytique SAS en soutien de sa politique marketing, commerciale et tarifaire. Avec un système en évolution régulière... et des utilisateurs parfois très avertis.

Les précisions de Philippe Debœuf, chargé de projet au sein du service Administration des Données Décisionnelles de la MAIF.


Les utilisateurs sont satisfaits du fait de la puissance des fonctions statistiques de SAS, et du langage qui permet d’aller assez loin dans la réalisation d’études.

Philippe Debœuf
Chargé de projet au sein du service Administration des Données Décisionnelles de la MAIF

On connaît la MAIF comme l’assureur des personnels de l’Education nationale... Quel est au juste son périmètre d’activité ?

La MAIF compte plus de 3,4 millions de sociétaires à fin 2012 - principalement pour l’assurance auto, l’habitation et la prévoyance. Les personnels de l’Education nationale représentent la majorité des sociétaires, mais le groupe s’adresse à tous les particuliers via ses filiales, notamment Filia-MAIF et Parnasse-MAIF (assurance-vie). La MAIF est également assureur de nombreuses associations, et a ouvert récemment une filiale dédiée à la distribution de produits financiers et bancaires.

Qui sont les utilisateurs du décisionnel ?

Les principaux utilisateurs sont les chargés d’études, les statisticiens et les actuaires travaillant au sein des différentes directions de l’entreprise, notamment au marketing, au commercial, à la gestion des sinistres et à la gestion économique. Au total, on compte près de 80 utilisateurs directs dans les directions opérationnelles.

Quel est l’apport du décisionnel pour le marketing ?

La base décisionnelle nourrit à la fois le marketing de conquête (notamment pour le ciblage des opérations commerciales) et le marketing produit. Les équipes statistiques de la direction marketing réalisent régulièrement des études de type comportemental sur notre portefeuille sociétaire. Une importante étude statistique a ainsi été conduite récemment sur la fidélité des sociétaires selon leur profil et leur taux d’équipement.

Qui réalise ces requêtes ?

La plupart des utilisateurs SAS effectuent eux-mêmes leurs requêtes en fonction de leurs besoins et à partir des données qui sont mises à leur disposition.

Et pour l’actuariat ?

Le datamart Données Techniques Assurance permet de faire le lien entre les cotisations des contrats, l’exposition au risque et la sinistralité pour établir des résultats techniques - et in fine optimiser le montant des cotisations. Le décisionnel permet surtout aux actuaires de réaliser des études plus fines, plus réactives, et de faire évoluer les critères de tarification. Ils peuvent en outre croiser les données de la base avec des données externes - issues de l’INSEE, par exemple.

Quels sont les retours des utilisateurs sur cet outil ?

Ils sont globalement satisfaits du fait de la puissance des fonctions statistiques de SAS, et du langage qui permet d’aller assez loin dans la réalisation d’études. Nous avons récemment mis en place le Club utilisateurs API (pour Apprendre - Partager - Innover). Il nous permet de recenser régulièrement les besoins et les remarques concernant les outils décisionnels, mais aussi de proposer des solutions pratiques (en présentant des requêtes-types, par exemple) ou des nouveaux produits - avec parfois le concours des équipes SAS.

Vous évoquiez une architecture-cible pour 2014... Quelles en sont les grandes lignes ?

Le principe de départ consiste à centraliser les données dans une base unique, puis d’irriguer les métiers avec des données plus fines, via des datamarts orientés métiers. Les métiers disposeront notamment de plus de données agrégées qu’aujourd’hui. Par ailleurs, nous étudions le passage à SAS® Enterprise Guide®, une interface graphique qui faciliterait l’utilisation du décisionnel pour chacun de nos profils métier, des moins avertis aux utilisateurs les plus confirmés qui pourraient gagner en productivité dans l’écriture de leurs requêtes... quitte à retourner dans le code ensuite.

La Maif en chiffres

En France, le groupe MAIF est :
- 5ème assureur Auto en nombre de véhicules (4 roues) assurés,
- 5ème assureur Habitation en nombre de logements assurés,
- 9ème assureur Tous dommages (en chiffre d'affaires),
- 2ème assureur sur le marché des Garanties Accidents de la Vie (en chiffre d'affaires).

Fin 2012, le groupe comptait :
- Plus de 3,4 millions de sociétaires, dont 149 000 associations et collectivités.

4,6 millions de contrats en assurance auto, habitation :
- près de 3,6 millions de véhicules assurés,
- 2,3 millions de contrats habitation.

Chiffre d'affaire Groupe : 3,042 milliards d’€

Maif

Enjeux

Projet d’évolution important, avec la construction d’un entrepôt de données historisées unique.
Nouvelle architecture décisionnelle pour 2014.

Solutions

Bénéfices

La plupart des utilisateurs SAS effectuent eux-mêmes leurs requêtes en fonction de leurs besoins et à partir des données qui sont mises à leur disposition.
Centralisation des données dans une base unique

Les résultats présentés dans cet article sont spécifiques à des situations, problématiques métiers et données particulières, et aux environnements informatiques décrits. L'expérience de chaque client SAS est unique et dépend de variables commerciales et techniques propres, de ce fait les déclarations ci-dessus doivent être considérées dans un contexte. Les gains, résultats et performances peuvent varier selon les configurations et conditions de chaque client. SAS ne garantit ni ne déclare que chaque client obtiendra des résultats similaires. Les seules garanties relatives aux produits et services de SAS sont celles qui sont expressément stipulées dans les garanties contractuelles figurant dans l’accord écrit conclu avec SAS pour ces produits et services. Aucune information contenue dans le présent document ne peut être interprétée comme constituant une garantie supplémentaire. Les clients ont partagé leurs succès avec SAS dans le cadre d’un accord contractuel ou à la suite de la mise en œuvre réussie du progiciel SAS. Les noms de marques et de produits sont des marques déposées de leurs sociétés respectives.

Back to Top